La protection de mon patrimoine face à la crise.

La crise économique et ses dangers pour la protection de votre patrimoine.

Le contexte économique et financier actuel est extrêmement tendu et aucun économiste n’est réellement capable d’anticiper ce qui nous attend dans les années ou même les mois à venir. Cependant, plusieurs éléments doivent être pris en considération.

Comment protéger son patrimoine contre la criseLa crise de la dette est un des symptômes de la crise économique que subissent beaucoup de pays et elle a tendance à se pérenniser. En Europe, après une croissance atone en 2014 (+0,9%), la performance moyenne du PIB ne devrait pas dépasser +1,4% en 2015. La France n’a pas réussi jusqu’à présent à rattraper cette moyenne européenne. Après trois années de vache maigre (+0,4% en 2012, 2013 et 2014), le Produit Intérieur Brut tricolore pourrait tout au mieux atteindre les 1%

Pour essayer de relancer la croissance, les pays ont laissé les déficits publics se creuser et donc l’endettement augmenter. Les créanciers de certaines nations comme la Grèce se sont tournés vers les CDS (Credit Defaut Swap), sortes d’assurances contractées par les prêteurs en échange de primes régulières, destinées à les protéger en cas d’évènements de crédit : défaut de paiement, report de la dette… Le problème est que le marché des CDS n’est pas régulé, il est hautement spéculatif, avec un fort effet de levier.

Visitez le site www.goldbroker.fr pour tout savoir sur l'achat d'or ou d'argent physique, en nom propre, sans intermédiaire, avec stockage en dehors du système bancaire!
Les plus de GoldBroker: Pas de détention mutualisée, Accés direct à votre stock à Zurich ou Singapour, Livraison à domicile, Exonération de TVA, Pas de pénalité en cas de sortie Cliquez ici pour plus de détails...

Si, au bout du bout du psychodrame actuel, la Grèce décidait finalement de ne pas honorer sa dette (ou si, malgré la pression du FMI, l’allègement de celle-ci n’était pas accordée par les autres pays de la zone Euro), les CDS seront dus et avec les effets de levier, le système financier mondial serait en péril, car beaucoup de CDS ne pourront pas être remboursés. Une amplification de la crise financière actuelle est donc possible.

De plus, si pour le moment, l’inflation est maîtrisée en Europe, une solution pour réduire le poids de la dette pourrait être de dévaluer l’euro. Nous serions alors devant une crise monétaire majeure.

Les perspectives économiques, financières et monétaires pour les années à venir sont donc très incertaines.

Quel avenir pour les placements traditionnels ?

Lorsque vous cherchez comment placer votre argent, vous devez tenir compte de deux éléments : la rentabilité et le risque encouru. Dans un environnement économique et financier ébranlé, il est clair que la sécurité de vos placements devient prépondérante.

Quels sont les choix qui s’offrent à vous pour protéger votre patrimoine ?
Les placements courants des liquidités restent très utilisés, livret A en tête. Ils bénéficient d’une exonération de fiscalité et sont disponibles immédiatement, ce qui reste intéressant, mais leur montant est limité à 22 950 € et leur taux d’intérêt (0,75%) n’a jamais été aussi bas. Ce rendement ne permet plus de couvrir l’inflation pour votre épargne. Les SICAV monétaires, comptes à terme, assurances vies présentent tous des inconvénients.
Ces placements passent par les banques et doivent donc être conditionnés par une confiance en votre banque.

La bourse est imprévisible.  Les marchés sont aujourd’hui extrêmement volatiles. Même si la tendance reste à la hausse pour l’instant, et si vous voulez investir en bourse, il faut être très réactif et conscient du risque encouru.

Les seuls placements qui vous permettent aujourd’hui de limiter réellement les risques sont les actifs réels : immobilier, or et argent, œuvres d’art… Même en cas de crise grave, leur valeur ne pourra jamais être nulle.

L’immobilier reste le placement préféré des Français, les flambées de prix qu’il a connu a permis à certains de faire de bonnes affaires. Qu’en est-il aujourd’hui ? Les professionnels s’attendent à une baisse du marché, les prix dans certains secteurs ont commencé à se tasser, voir à baisser. Les nouveaux dispositifs gouvernementaux vont entrainer une baisse des volumes de transactions. De plus, l’immobilier n’a pas l’avantage des autres actifs réels d’être mobile et les délais de vente peuvent être longs.

L’or et l’argent sont des valeurs refuges. Ils ne rapportent pas d’intérêt, certes, mais vous êtes sûrs de ne pas vous retrouver sans rien. Le cours de l’or a énormément progressé ces dernières années (plus de 460% en 10 ans). Il ne constitue donc pas seulement une valeur refuge, il est aussi un placement encore prometteur car les estimations pour 2015 sont à la hausse. L’argent, quant à lui, est sous-évalué par rapport à l’or et devrait voir une progression encore plus importante de ses cours. L’or a en plus l’avantage d’être disponible immédiatement et mobile.

Il existe d’autres actifs réels. Le marché de l’art peut être une valeur refuge mais il demande une certaine expertise et reste un marché subjectif, les cotes des artistes restent sensibles aux modes, aux médias… C’est un marché qui oscille entre passion et raison. Il y a aussi un autre marché qui commence à se développer, celui des grands crus, mais il a les mêmes défauts que le marché de l’art.

Pour conclure, afin de vous préserver des risques que font peser la crise des dettes souveraines, il est indispensable de diversifier vos placements en privilégiant la sécurité et en investissant dans des actifs réels, comme l’or ou l’argent. C’est ainsi que vous pourrez protéger votre patrimoine d’une dégradation de sa valeur.