Pourquoi acheter des 50 pesos mexicains ‘Centenario’?

Si vous êtes lassé par les pièces d’or de 1 once qui s’ont finalement très semblables l’une à l’autre, alors vous ne serez pas déçu par la pièce de 50 pesos mexicain. Dotée d’un  diamètre XXL (37,0 mm) son contenu en or fin (22 carats) est très légèrement supérieur à 1,2 once, ce qui a conduit les investisseurs et numismates à la qualifier de ‘pièce bullion’. Mais c’est surtout son design unique, œuvre de l’artiste Emilio del Moral, qui fait du 50 pesos mexicain (encore appelée ‘Centenario’) une pièce à part. Crée en 1921 pour célébrer le centenaire de l’indépendance du Mexique contre l’Espagne, le motif à  la Victoire Ailée confère à cette pièce historique un charme tout particulier.

QUEL COURTIER CHOISIR ? GoldBroker site : www.goldbroker.fr si vous voulez être le seul et unique propriétaire de vos lingots et pièces d’or. Bullion Vault site : www.or.bullionvault.fr si votre capacité d’investissement est limitée.
L’avantage significatif de GoldBroker: Accés direct à vos métaux précieux; Pas de détention mutualisée : chez ce courtier, vous aurez une propriété complète des quantités acquises. Cliquez ici pour plus de détails...

L’histoire de la Centenario, la pièce mexicaine de 50 pesos

Le 16 Septembre est au Mexique ce que le 14 Juillet est à la France: la date de la fête nationale de l’indépendance. Pour les Mexicains, ce jour célèbre le 16 Décembre 1810, le tout début de la guerre d’indépendance contre les espagnols, une guerre qui ne s’achèvera que 11 années plus tard, le 27 Septembre 1821.

Le centenaire de cette libération a été marqué par la réalisation de nombreuse œuvres d’art parmi lesquelles on trouve l’immense colonne d’or et de bronze qui trône sur la place centrale de Mexico, une œuvre de l’architecte Antonio Rivas Mercado. Et au sommet de cette colonne, inaugurée en 1910  par Porfirio Diaz, se trouve l’Ange de l’Indépendance annonciateur de la victoire, sous les traits de la déesse grecque Athéna présentée les ailles déployées.

En 1921, pour célébrer la fin du centenaire de cette guerre d’indépendance, la Monnaie mexicaine (‘Casa de Moneda de Mexico’) demande à l’artiste Emilio del Moral de graver la représentation de cet ange sur le revers d’une monnaie atypique, le 50 pesos mexicain, une pièce qui prendra vite le nom de ‘Centenario’ en commémoration de cette guerre d’indépendance qui a duré plus d’une décennie.

Se détachant  sur un fond de volcans locaux, la représentation de l’ange est une totale réussite, suscitant l’intérêt de nombreux investisseurs et numismates pour cette pièce atypique.

Frappée à 180 000 exemplaires en 1921, la production des pièces de 50 pesos Centenario augmente rapidement avec néanmoins une grande variabilité de tirage d’une année sur l’autre, faisant une pause de 1932 à 1942.

A la sortie de la guerre, avec seulement 89 000 unités frappées en 1943 (*), la reprise est plutôt timide. Mais très vite la production de pièces Centenario dépasse le million d’exemplaires en 1945 et même les 1,5 millions d’unités en 1946.

Note (*) : Le millésime 1943 est sans aucun doute celui qui est le plus intéressant pour les numismates et cela pour 2 raisons : il hérite du plus petit tirage de la série (89 000 unités) et il concerne des pièces qui présentent un diamètre de 2 millimètres plus important que les 37 millimètres d’un Centenario des autres années.

Mais en 1947 la crise nord-américaine contraint la Monnaie mexicaine à mettre fin à la production de Centenario (cette année-là, un dernier batch de 302 000 unités est frappé).

A peine 2 ans plus tard,  à l’image des refrappe Pinay des Napoleon Marianne-Coq en France, la Monnaie mexicaine se met à refrapper des pièces Centenario usagées. De 1949 à 1972, ce ne sont pas moins de 4 millions de pièces qui retrouveront ainsi leur éclat de jeunesse.

Au total, sur toute la période de production des Centenario, de 1921 à 1972, c’est presque 12,5 millions de pièces qui auront été frappées.

Caractéristiques physiques de la Centenario, la pièce mexicaine de 50 pesos

C’est donc le diamètre impressionnant (37,0 mm) qui fait de la pièce mexicaine de 50 pesos un objet particulièrement atypique pour son époque, sans parler du millésime 1943 qui affiche 2 mm supplémentaires ! A titre de comparaison, le diamètre du Napoléon est à 21,0 mm et le Souverain anglais à 22,05 mm seulement.

Il faudra attendre 1989 pour voir apparaitre sur le marché une pièce en or avec un diamètre similaire: la Philharmonique de Vienne de 1 once.

Autre spécificité, son poids : elle est composée de 37,5 grammes d’or pur (soit 1,2057 oz) sur un total de 41,7 grammes, ce qui donne 22 carats (finesse de 900 °/oo). L’alliage est composé de 90% d’or et 10% cuivre, ce qui confère à la Centenario cet aspect rougeâtre que l’on retrouve sur les alliages exclusivement cuivrés, comme ceux du Souverain ou de lLa Krugerrand sud-africaine qui sortira, quant à elle, bien plus tard en 1967.

Motif sur l’avers d’une pièce 50 Pesos Mexicaine Centenario

Avers de la pièce Centenario Or mexicaine (50 Pesos)

L’avers de la 50 Pesos mexicaine représente donc la déesse grecque Athéna Niké, tenant dans sa main droite une couronne de laurier et dans sa main gauche une chaîne brisée, 2 symboles de la mythologie grecque pour la victoire et la liberté. Sur le fond de la pièce, on découvre 2 volcans mexicains : Popocatépetl et Ixtaccihuatl. Autour de l’ange de l’indépendance, figurent  la quantité d’or de la pièce (‘37,5 g ORO PURO’) , sa valeur faciale (‘50 pesos’) et 2 dates situées de part et d’autre de l’effigie : à gauche, la date de l’indépendance du Mexique (‘1821’)  et à droite la date d’émission de la pièce (‘1947’ dans notre exemple).

Motif sur le revers d’une pièce 50 Pesos Mexicaine Centenario

Revers de la pièce Centenario Or mexicaine (50 Pesos)

Sur le revers de la Centenario se trouvent les armoiries nationales des États-Unis mexicains : un aigle perché sur un cactus dévorant un serpent, des armoiries qui font référence aux civilisations préhispaniques. L’inscription : ‘ESTADOS UNIDOS MEXICANOS’ figure sur le pourtour de la pièce.

Enfin sur la tranche de la pièce se trouvent les inscriptions: ‘INDEPENDENCIA Y LIBERTAD’. A noter que cette tranche est lisse, contrairement à la grande majorité des autres pièces d’or qui sont cannelées.

Pourquoi acheter des pièces d’or 50 pesos mexicaines ?

En France ce sont surtout les collectionneurs qui s’intéressent à la pièce de 50 pesos mexicaine. Des primes importantes sont constatées sur les millésimes 1921 (1er année de production) et 1936 (dernière année de production avant le déclenchement de la seconde guerre mondiale), sans oublier le millésime 1943 dont nous avons parlé précédemment et qui est particulièrement rare (faible tirage et diamètre extra large).

Au Mexique, aux Etats-Unis (*) et dans le monde hispanique en général, la pièce de 50 pesos mexicaine bénéficie d’une notoriété importante, à cause de la symbolique historique qui y est attachée.

Note (*) : Le 50 pesos mexicain a connu son heure de gloire outre-Atlantique à partir du 31 décembre 1974, quand les Etats-Unis ont été autorisés à nouveau à détenir de l’Or. Mais la Krugerrand sud-africaine (qui avait commencé à être frappée à partir de 1967), puis l’American Eagle (qui a fait ses débuts en 1986) allaient vite détrôner la grosse pièce mexicaine dans les matelas américains.

Si vous recherchez un support d’investissement original, alors pourquoi ne pas acquérir quelques Centenario refrappées post 1947. Vous en trouverez avec des primes très faibles chez les courtiers que nous passons en revue dans nos pages éditoriales.

Par exemple, au 23 Novembre 2016, la prime sur la Centenario était de 1,2% sur le site gold.fr et de 1,19%  seulement au Comptoir des Tuileries.

Mais si vous recherchez une liquidité maximale dans le monde (en dehors du continent nord-américain ou la Centenario est très appréciée) , nous vous conseillons plutôt d’acquérir des pièces de 1 once d’or qui sont plus ‘main stream’, comme la Krugerrand, la Kangourou ou la Maple Leaf. Toutes ces pièces sont disponibles, par pack de 10, chez GoldBroker, un courtier que nous recommandons.