Histoire, caractéristique et conseil d’achat des pièces 20F Napoléons Or , du ‘Louis d’Or’ à la ‘Marianne-Coq’

Chouchou des français, le ‘Napoléon’ (‘Nap’ en abrégé) est la pièce d’or de 20 Francs de valeur faciale (*) la plus thésaurisée de l’hexagone depuis le XIXème siècle. Parée de diverses effigies au cours des ans, on lui donne encore le nom de ’Louis d’or’ en référence à une pièce frappée antérieurement par les rois de France et ayant le même contenu d’or et donc la même valeur marchande. Nous allons voir la richesse de son histoire et essayer d’expliquer pourquoi cette pièce fait à la fois le bonheur des numismates et des investisseurs en métaux précieux.

Note (*) : Un double –napoléon de 40 Francs de valeur faciale a vu le jour en même temps que la pièce de 20F, mais n’a pas eu le succès escompté.

L’histoire des pièces 20F Napoléon Or ou Louis d’or

La frappe des premiers ‘Napoléon’ a vu le jour en 1803 sous le Consulat de Bonaparte.  Cette date (postérieure à la date butoir de 1800 imposée par le fisc) autorise le Nap à figurer dans la catégorie fiscale des métaux précieux (CFMP), et à ce titre, d’être exonéré de TVA lors de l’achat ou de la vente. Ce qui n’est déjà pas si mal !

La fabrication des Napoléons s’est arrêtée en 1914, avec le déclenchement de la 1er guerre mondiale. Plébiscité par les français pendant et entre  les 2 guerres, dissimulé dans de nombreux matelas et bas de laine, le Napoléon a joué pleinement son rôle de valeur refuge.

Côté à la Bourse de Paris à la fin de la 2ème guerre mondiale (1948), il a été retiré de la Corbeille en date du 30 Juillet 2004. Depuis lors, il n’y a plus de cotation officielle, le seul marché de l’offre et de la demande régulant désormais le prix des Napoléons.

Si vous souhaitez acquérir des Naps, donner préférence à la dernière mouture dite ‘20 francs Coq’ ou encore ‘20F Marianne Coq’ qui a été frappée de 1898 à 1914, selon un design  original de Jules Clément Chaplain.

En effet, cette série 20F Coq, la dernière produite et frappé à plus de 117 millions d’exemplaires, est la seule à être réputée ‘boursable’ à condition d’être dans un parfait état de conservation (idéalement les pièces devraient être placées sous scellés).

Caractéristiques physiques des pièces 20F Napoléons ou Louis d’Or

Passons en revue les caractéristiques de la ‘Marianne Coq’, la dernière pièce ‘Napoléon’ frappée et la la plus répandue:

Affichant un diamètre de 21,0 mm et une épaisseur de 1,3 mm, pesant 6,45g, le 20F Napoléon contient 5,805 g d’or pur, ce qui lui congère une finesse de 900,0 ‰.

Avers de la pièce d’or Napoléon Coq et Marianne (20F)

Avers du Napoléon ‘Marianne Coq’ (20F)

Sur l’avers de la pièce on trouve la célèbre Marianne de Jules Clément Chaplin. Elle est revêtue d’un bonnet phrygien laissant apparaître un chignon sur le bas de la nuque. Une couronne de feuilles de chêne recouvre le bonnet. Les inscriptions :’REPUBLIQUE’ et ‘ FRANCAISE’ se trouvent de part et d’autre de l’effigie. Enfin, le nom de l’artiste ‘J.C. Chaplain’ est gravé en tous petits caractères, à l’horizontale et  au niveau du cou de Marianne.

Revers de la pièce d’or Napoléon Coq et Marianne (20F)

Revers du Napoléon ‘Marianne Coq’ (20F)

Le revers représente un Coq bombant le jabot dans une posture arrogante, les plumes de la queue en éventail. L’inscription ‘LIBERTE-EGALITE-FRATERNITE’ est gravée sur les ¾ supérieurs de la bordure de la pièce. La valeur faciale (ici ‘20 Fcs’) apparaît de part et d’autre des pattes du gallinacé. Enfin, le millésime (ici ‘1905’) est indiqué en partie basse, juste sous les pattes du coq.

Ces pièces ‘Marianne Coq’ furent frappées en 2 sous formats différents à cause de la loi du 9 décembre 1905 instituant la séparation des Églises et de l’État :

  • Les pièces millésimées de 1899 à 1906 comportaient sur la tranche l’inscription ‘Dieu protége la France’ et ont été frappées à un peu plus de 43 millions d’exemplaires,
  • A partir du millésime 1907, l’inscription sur la tranche a été remplacée par ‘Liberté Egalité Fraternité’, supprimant ainsi toute référence religieuse. Cette deuxième mouture de la Marianne Coq a été frappée à un nombre d’unités avoisinant les 74,5 millions.

Quelles primes pour les pièces 20F Napoléon en général et ‘Marianne Coq’ en particulier?

De l’an XI à 1898, pas moins de 20 types de Naps ont été émis, reflétant les velléités de grandeur des instances dirigeantes de l’époque, du consulat à la royauté en passant par la république. La prime de ces 20 types de Napoléon (Bonaparte 1er consul, Napoléon (6 types), Louis XVIII (2 types), Charles X 1er type, Charles X 2e type, Louis-Philippe 1er type, Louis-Philippe 2e type, Louis-Philippe, Génie 2e république, Cérès 2e république, Louis Napoléon Bonaparte, Napoléon III (2 types), Génie 3e république) varie considérablement en fonction du nombre d’unités frappées.

C’est ainsi que le Napoléon ‘Louis-Philippe 2e type’ a été frappé à 862 exemplaires seulement lors des années 1830 à 1831. Inutile de vous dire que ce Nap fait rêver les collectionneurs et que sa prime n’a rien à voir avec celle des  146 millions d’exemplaires du ‘Napoléon III, Tête nue’ frappé de 1853 à 1860. Mais quel que soit le tirage de ces Napoléons, ils ont tous la particularité de se négocier avec une prime importante, les rendant, de facto, peu propices à un support d’investissement.

Ce qui n’est pas le cas du Napoléon ‘Marianne Coq’, le dernier de la saga qui présente la particularité d’avoir été refrappé dans les années 50. En effet, au lendemain de la seconde guerre mondiale, la Banque de France lance sur le marché les ‘refrappes Pinay’, des Napoléons flambant neufs réalisés à partir des stocks d’or récupérés à l’issue du conflit et à partir d’anciennes pièces usées par une circulation trop intense. Mais au lieu d’inscrire sur ces nouvelles pièces le millésime de l’année de frappe, la Banque de France décide d’inscrire des millésimes antérieurs, de 1907 à 1914 . Pas moins de 37 millions de ces ‘Marianne Coq refrappes Pinay’ seront ainsi re-fabriquées.

Etant en parfait état de conservation, et disponibles en grande quantité ces Napoléons ‘Marianne Coq ‘ sont aujourd’hui les seuls qui soient considérés comme ‘or de bourse’, selon la terminologie en usage. En dehors des crises, ils affichent une prime quasi nulle et sont donc le support idéal pour les investisseurs en métaux précieux.

Mais, ne vous y tromper pas, que survienne une crise, et la prime de ces ‘refrappes Pinay’ va s’envoler, comme cela a été le cas au plus fort de la crise des subprimes en Octobre 2008 (~+ 50% de prime).

Chez qui acheter des pièces 20F Napoléons ‘Marianne Coq’ et à quel prix ?

Vous trouverez des ‘Marianne Coq’ chez les courtiers : AuCoffre, Comptoir des Tuileries ou Joubert-Change.

Par exemple, au CDT, le prix d’achat d’une 20F Napoléon ‘Marianne Coq’ était de 219,90€ au 10 Novembre 2016, ce prix incluant une prime de 1,74%.

Par contre, vous ne trouverez pas de Napoléon chez Bullion Vault (qui ne vend que des parts de barres de bourse) ni chez GoldBroker qui ne propose que des pièces plus facilement négociables au niveau mondial, comme les pièces de 1 once d’or :  Krugerrand, American Eagle ou encore Maple Leaf.

En effet, quelle que soit la cote d’amour des français pour le Nap, il faut savoir que celui-ci n’est pas très connu en dehors de l’hexagone. Ce qui peut être un handicap pour la revente en cas de crise, voire de conflit majeur.

Dans le cadre d’une politique de diversification, rien ne vous empêche de détenir quelques Nap comme le faisaient nos  grands-parents ou arrière grands-parents. Mais tout projet sérieux de protection contre les aléas géopolitiques devraient comporter des pièces d’or de 1 once facilement négociables au niveau mondial, parmi celles citées précédemment (Krugerrand, American Eagle, Maple Leaf, mais également Kangourou ou Panda) et proposées par le courtier GoldBroker.