La nomination de Judy Shelton signe-t-elle le retour en sainteté de l’étalon-or à la Fed ?

Alors que la saison estivale venait à peine de commencer, le président Trump a annoncé (via Twitter) son intention de nommer Judy Shelton, l’actuelle directrice de la Berd (Banque européenne pour la reconstruction et le développement) a un des postes vacants au sein du Conseil des gouverneurs de la Fed (la Réserve Fédérale Américaine).

Judy Shelton nommée par Trump est une pro-étalon-or

Judy Shelton est une pro-étalon-or

Durant les années Obama, cette économiste républicaine a fortement critiqué les multiples politiques d’assouplissement quantitatifs de la Fed. Plus récemment, en support à la campagne de Trump, elle s’est montrée favorable à un retour à l’étalon-or. Même si cette proposition de nomination reste encore à être entérinée par le Sénat, elle indique dès à présent un retour en force de l’or comme arbitre en devenir dans le nouveau système monétaire international que l’administration Trump rêve de bâtir.

Durant sa campagne électorale, l’actuel locataire de la Maison Blanche a fustigé le désordre monétaire international causé selon lui par le diktat des banques centrales sur l’économie. Il a twitté à plusieurs reprises son mécontentement sur la politique accommodante menée par la Fed, responsable selon lui de la baisse de compétitivité de l’économie américaine.

Arrivé au pouvoir il n’a pas renouvelé de mandat de la présidente de la Fed : Janet Yellen (avec qui il était en désaccord notoire notamment sur le politique des taux d’intérêt), lui préférant Jérôme Powell. Mais ce dernier n’est pas non plus exempt de critiques, les 4 augmentations de taux de 2018 lui étant constamment reprochées.

Bref le président veut du changement à la Fed et la nomination de Judy Shelton, ainsi que de Christopher Waller (l’actuel vice-président à la Fed de Saint-Louis), sont des signes très marquants de cette volonté de changement à la tête de la Réserve Fédérale qui, pour rappel, ne comporte que 7 membres, y compris Jérôme Powell.

Tout comme Trump, Judy Shelton pense que le système monétaire international n’a plus la stabilité requise, étant trop dépendant des banques centrales et des inévitables manipulations exercées par les gouvernements de tutelle. A contre-courant de la pensée dominante à la Fed, elle propose ni plus ni moins de lier la création monétaire … au cours de l’or (*) ! Bref a quelque chose qui s’apparente à un retour à l’étalon-or, abandonné par Richard Nixon à Bretton Woods en Aout 1971.

La relique barbare signerait ainsi un retour en sainteté au pays de l’oncle Sam. Wait and See !

Note (*) : Au début de l’été 2019, le cours du métal jaune était en forte hausse (plus de 11% depuis le 1er Janvier) franchissant la barre symbolique des $1400 l’once le 2 Juillet.

Qui est le moins cher sur les frais : Or.fr (GoldBroker) ou BullionVault ?

8 Mars 2019
Si vous avez lu nos avis comparatifs sur les vendeurs d’or accessibles en ligne il y a de fortes chances que vous soyez prêt à investir vos deniers chez l’un de nos 2 finalistes : Or.fr (GoldBroker) ou BullionVault. Vous avez certainement noté que Or.fr facturait des frais nettement supérieurs à ceux de BullionVault mais que ses prestations étaient plus performantes, notamment en ce qui concerne un point crucial pour la préservation de votre patrimoine :  la possession d’or en pleine propriété. Bref, vous hésitez à faire votre choix entre ces 2 courtiers. Avec quelques exemples concrets nous allons essayer de vous éclairer sur le montant des frais (achat, vente et stockage) facturés par ces 2 brokers. Nous terminerons notre exposé en vous donnant quelques pistes pour vos placements en or physique

Comparaison des frais d’achat entre Or.fr (GoldBroker) et BullionVault

Pour rappel : si vous êtes résident français, comme le montre notre article sur la fiscalité applicable à l’or, il n’y a pas de TVA lors de l’achat d’or d’investissement

Comparartif frais GoldBroker BullionVault

Quel est le courtier le moins cher?

Chez le broker londonien la commission d’achat est fixée à 0,5% si le montant du produit acheté est inférieur à 75 000$. De 75 000$ à 750 000$ les frais tombent à 0,1% et au-delà de 750 000€ ils ne sont plus que de 0,05%.

La bonne nouvelle est que la dégressivité de cette commission est opérationnelle sur 1 an glissant. Je m’explique : si vous achetez 75 000$ de métaux précieux au 1/1/2019 vous paierez 375$ de frais (0,5% de 75 000$). Si au 31/12/2019 vous souhaitez investir 75 000€ supplémentaires, vos frais ne seront plus que de 75$ (0,1% de 75 000€). Par contre si vous attendez le lendemain (1/1/2020) les frais seront à nouveau de 0,5%.

A noter qu’il n’y a pas de différenciation des frais en fonction du type de métal acheté (or, argent ou platine)

Quant à Or.fr il n’indique plus dans sa rubrique « Tarifs » le montant des commissions facturées. Mais, comme chez son concurrent BullionVault, nous avons constaté une dégressivité des frais en fonction du montant acheté ou plus exactement en fonction des quantités et/ou des types de produits commandés, les frais sur les lingots étant moins importants que sur les pièces à cause de la prime associée à ces derniers.

Par exemple, début Mars 2019 le montant des commissions d’achat (*) chez Or.fr s’échelonnaient de 1,4% (pour l’acquisition d’au moins 4 Lingot d’or de 1 kilogramme – Valcambi) à 3,1% (pour l’acquisition d’un pack de 10 Maple Leaf or 1 once – 2017 – Royal Canadian Mint).

Note (*) : Dans le cas de Or.fr les frais d’achat incluent la prime associée à chaque type de métaux précieux, alors que cette prime est par définition égale à 0 chez BullionVault puisque ce dernier ne dispose que de barres professionnelles de 12,4 Kg (400 onces) pour l’or ou de 31,1 Kg (1000 onces) pour l’argent.

Comparaison des frais de stockage entre Or.fr (GoldBroker) et BullionVault

Si vous êtes de nature prudente, vous ne stockerez pas les métaux précieux à votre domicile mais dans des établissements spécialisés indépendants du système bancaire. C’est ce que proposent nos 2 courtiers.

Mais, comme pour les frais d’acquisition vous vous doutez bien que les frais de stockage seront plus importants chez GoldBroker, celui-ci devant inventorier, conditionner et assurer une multitude de produits fragiles et de petites tailles (lingots, ligotins, packs de pièces de 1 once,..) alors que BullionVault n’aura qu’ à disposer sur des étagères normalisées des barres d’or professionnelles toutes identiques de 12,4 Kg (ou 31,1 Kg pour l’argent).

Le broker londonien propose en effet des frais de stockage extrêmement compétitifs sur l’or : 0,01% ou 4 $ minimum par mois, beaucoup moins sur l’argent et le platine qui sont plus encombrants : 0,04% ou 8 $ minimum par mois.

Attention cependant aux petits investissements : les talons de 4$ par mois sur l’or et de 8$ pour l’argent pénalisent les personnes disposant d’un budget limité. Même si le minimum d’investissement est de 1 gramme seulement chez BullionVault, ce dernier ne conseille pas à ses clients d’investir moins de 1 500€ (ou 2 000$).

En effet, en dessous de ce montant, le courtier londonien considère que la valorisation des métaux précieux pourrait (dans le pire des cas) avoir du mal à compenser les frais de stockage sur la durée de l’acquisition.  Or si l’épargnant en or physique souhaite avant tout se constituer une réserve ultra fiable en cas de crise, il ne souhaite pas pour autant voir son capital se déprécier au cours du temps.

Chez Or.fr , les frais de stockage sont dégressifs en fonction de la quantité d’once stockée dans le coffre de son partenaire Malca Amit comme le montre les tableaux ci-après :

Frais de stockage annuels de l’or chez GoldBroker
QUANTITÉ STOCKÉE FRAIS FRAIS DE TENUE DE COMPTE
SI LA VALEUR STOCKÉE EST INFÉRIEURE À 20 000 € 1,50% 110 €
JUSQU’À 49 ONCES 1,50% Gratuits
À PARTIR DE 50 ONCES 1,25% Gratuits
À PARTIR DE 900 ONCES 1,05% Gratuits
À PARTIR DE 4500 ONCES 0,95% Gratuits

 

Frais de stockage annuels de l’argent chez GoldBroker
QUANTITÉ STOCKÉE FRAIS FRAIS DE TENUE DE COMPTE
SI LA VALEUR STOCKÉE EST INFÉRIEURE À 20 000 € 1,50% 110 €
JUSQU’À 60 000 ONCES 1,50% Gratuits
À PARTIR DE 60 000 ONCES 1,30% Gratuits
À PARTIR DE 300 000 ONCES 1,20% Gratuits

 

Comme chez BullionVault, un talon vient pénaliser les acquéreurs modestes. D’un montant de 110€ annuel, celui-ci porte le nom de « Frais de tenue de compte » et ne s’appliquera que si votre investissement est inférieur à 20 000€.

En ce qui concerne la facturation des frais de stockage, celle-ci diffère entre les 2 courtiers :

  • Chez BullionVault les frais de stockage son payables mensuellement
  • Chez GoldBroker la 1ère année de stockage est facturée dès la commande, les années suivantes étant prélevées soit de façon trimestrielle, soit annuellement (au choix de l’acquéreur).

Chez les 2 courtiers les frais s’appliquent sur la valeur du stock lors de la commande.

Comparaison des frais de revente entre GoldBroker et BullionVault

Les 2 courtiers proposent aux acquéreurs de racheter les métaux précieux stockés dans leurs coffres (ou dans ceux de son partenaire Malca Amit en ce qui concerne GoldBroker) moyennant des frais de restitution.

Là aussi BullionVault est le plus performant puisqu’il facture ce rachat à 0,5% alors que son concurrent applique exactement le double, soit 1%.

Note : comme pour les frais de stockage les frais de revente portent sur la valeur initiale du stock lors de la commande. Une fois votre commande passée, si le prix de l’or s’envole, ces frais ne seront donc pas impactés.

Résumé de notre comparatif de frais sur des exemples d’investissement en or physique sur 5 ans

Rien ne vaut quelques exemples concrets pour se rendre compte du montant des frais que vous aurez à engager pour acquérir, stocker et revendre votre or chez nos 2 courtiers : GoldBroker et BullionVault. Pour notre exercice comparatif, nous avons pris un horizon de 5 ans avec 4 valeurs d’investissement : 1 500€, 10 000€, 20 000 € et 100 000€.

Comparaison des frais entre GoldBroker et BullionVault sur 5 ans (Mars 2019)
Capital initial (en €) 1 500 10 000 20 000 100 000
BullionVault BullionV. GoldBro. BullionV. GoldBro. BullionV. GoldBro.
Montant investi 1 464 9 992 10 000 19 984 20 000 99 991 100 000
Frais d’achat (*) 7 50 210 100 420 366 1 400
Frais de stockage/5ans 211 211 1 300 211 1 500 600 6 250
Frais de vente 7 50 100 100 200 366 1 000
Total des frais/5 ans 226 311 1 610 411 2 120 1 332 8 650
Montant à financer 1 690 10 303 11 610 20 395 22 120 101 323 108 650
% frais/montant investi 15,4% 3,1% 16,1% 2,1% 10,6% 1,3% 8,7%

Frais d’achat (*) : Pour GoldBroker, dans les 2 cas d’investissement (10 000€ et 20 000€) nous avons supposé arbitrairement un investissement en lingots d’or de 1 once Valcambi (frais à 2,1%). Pour l’investissement de 100 000€, nous avons supposé que l’investissement était constitué pour l’essentiel de lingots de 1 Kg Valcambi (frais à 1,4%)

Note 1 : Le minimum d’investissement recommandé par BullionVault est de 1 500€ alors que chez GoldBroker vous ne pouvez passer commande à moins de 10 000€.

Note 2 : Pour la simulation des frais chez BullionVault nous avons utilisé le petit calculateur intégré à leur site, un calculateur dont vous pouvez vous aussi faire usage pour estimer les frais de votre propre acquisition. Nous n’avons pas compris pourquoi le montant investi utilisé par le calculateur diffère (à quelques euros près) du capital initial préalablement saisi (Exemple : 1464€ pour une simulation à 1500€ demandée). Mais peu importe, cela ne change pas le % de frais de votre investissement.

Note 3 : Pour reconstituer les commissions d’achat des métaux précieux chez GoldBroker c’est relativement simple : Il suffit de noter le prix des produits affichés (P) ainsi que le cours Spot de l’or (S) mis à jour en temps réel (toutes les minutes) sur leur site. La commission d’achat (incluant la prime du produit) est tout simplement : (P-S)/S en ayant pris soin de tout ramener à une même quantité de produit : once, Kg, ou gramme.

Alors, quelle stratégie d’investissement pouvons-nous déduire de ce comparatif de frais ?

BullionVault est certes beaucoup moins cher que Or.fr (de 5 à 6 fois moins cher sur notre exercice à horizon de 5 ans) mais ne présente pas les mêmes garanties pour l’investisseur.

En cas de crise majeure (genre 1929) que se passera-t-il si vous voulez récupérer votre investissement chez BullionVault, une tranche d’une barre d’or de 12,4 Kg ? Le courtier londonien sera bien incapable de vous fournir la moindre livraison d’or physique pour la simple et bonne raison que votre « tranche » aura été mutualisée avec celle des autres investisseurs.

Alors que, bien au contraire, toute la stratégie de son concurrent est de vous assurer la totale propriété des produits investis : lingots, lingotins ou pièces. Les frais plus élevés de Or.fr sont donc le prix à payer pour vous assurer cette totale disponibilité des produits, libellés en votre nom propre. Qu’une crise survienne (ou à tout autre moment selon vos besoins) et vous pourrez vous rendre dans les entrepôts de leur partenaire Malca Amit (Suisse, Singapour, Canada, USA) pour prendre possession de vos métaux précieux. Si la situation le permet vous pourrez même vous faire livrer votre or dans l’une des 63 agences Brink’s proche de votre domicile.

De notre point de vue les 2 courtiers répondent à des besoins bien différents :

La demande d’or est en berne, c’est le moment idéal pour investir

13 Août 2018

En ce mois d’aout caniculaire deux informations importantes pour les investisseurs sont restées sous les radars des principaux médias. En tout début de mois, le Conseil Mondial de l’Or publiait un rapport indiquant une chute pour le moins inhabituelle (4%) de la demande en Or au niveau mondial. Et quelques jours plus tard le métal précieux atteignait son cours le plus bas depuis un an (1043€/once). Voila 2 informations (corrélées et cohérentes) qui devraient inciter les plus clairvoyants d’entre nous à quitter temporairement les chaises longues de la plage pour faire emplette sur Internet de quelques lingots à des prix avantageux.

Début Aout 2018, le cours de l’or est revenu à celui d’Aout 2017

Cours de l’Or au plus bas sur 1 an (Aout 2018)

La dépréciation (relative) de l’or sur l’année passée est liée au durcissement de la politique monétaire US (remontée des taux de la FED) et au renchérissement du billet vert.

Quant les taux directeurs des banques centrales remontent (ce qui a été initialisé par la FED en 2015 et qui a de fortes chances d’arriver en Europe), les investisseurs préfèrent investir dans des actions ou obligations porteuses de revenu, ce que ne permet pas le métal jaune.

De la même façon le dollar étant la monnaie principale de cotation de l’or, lorsque le billet vert monte, les investisseurs munis d’autres devises voient leur patrimoine diminuer de façon mécanique. C’est ce qui se passe en Europe actuellement avec une parité Euro/Dollar en baisse.

Mais nous pensons que la tendance haussière du métal jaune va repartir de plus belle à court/moyen terme pour les raisons suivantes :

  • La politique protectionniste de D. Trump, avec en particulier l’instauration de droits de douanes exorbitants, commence à avoir un effet négatif sur la croissance américaine. Dans ces conditions, il n’est pas sûr que la FED maintienne son programme d’augmentation des taux. Tout au moins un blocage pourrait bien avoir lieu dès 2019.
  • La montée inéluctable de l’inflation liée au renchérissement du coût du pétrole (crise Etats-Unis-Iran sur le programme nucléaire des Molas) et aux effets délétères de la guerre commerciale précédemment citée. Un conflit commercial ne se gagnant pas avec une monnaie forte, tôt ou tard, l’Oncle Sam n’aura pas d’autre choix que de dévaluer sa monnaie.
  • Enfin, la demande d’or ne peut raisonnablement que repartir à la hausse. En 2017, les entreprises de technologie ont consommé 334 tonnes de métal précieux, un montant en hausse de 3% par rapport à 2016. Et cette demande ne peut que continuer à s’emballer car les nouvelles technologies (Cloud, IA, 5G, Cryptomonnaies,…) sont de fortes consommatrices du métal jaune (cartes CPU entre autres).

Quittons donc le sable chaud de ce mois d’Aout caniculaire pour investir quelques pièces d’or à un cours avantageux. Car il est fort probable que ce cours du mois d’Août (au plus bas en un an) ne soit ni plus ni moins …qu’une opportunité à saisir pour des investisseurs avisés !

Pourquoi les Banques Centrales veulent-elles faire repartir l’inflation à tout prix ?

18 Octobre 2017
Souvenez-vous de « L’Emission politique » du 28 septembre sur France 2. Ce jour-là le premier ministre Edouard Philippe passait son grand oral pour essayer de convaincre les français de la justesse des choix politiques impulsés par Emmanuel Macron. Selon nous, le point fort de cette émission est intervenu en toute fin de séquence avec l’arrivée sur le plateau de France Télévision de l’invité surprise : Thierry Breton, le PDG du groupe Atos. L’ancien ministre de l’économie a posé au premier ministre une question cruciale pour l’avenir de l’hexagone :

Que pense faire le gouvernement pour réduire le poids de la dette publique ?’, qui, a-t-il rappelé, a atteint 96% du PIB en 2016.

Après avoir imputé cette dérive aux politiques publiques menées durant les mandatures de Sarkozy et de Hollande, l’ancien maire du Havre a pris l’engagement de réduire de 5 points cet endettement sur la durée du quinquennat Macron, ce qui  porterait donc à 91% du PIB la dette de la France à l’horizon 2022.

Et l’ancien ministre de l’économie des gouvernements Raffarin puis Villepin de rappeler que les critères de Maastricht imposaient aux états membres de l’UE un taux de dette publique …inférieur à 60% !

Thierry Breton pose la question de la dette au Premier Ministre

Thierry Breton pose la question de la dette

Mais au-delà des purs critères de convergence européens (qui seraient bafoués une fois de plus par la France), l’ancien patron de Thomson et de France Telecom a pointé du doigt le risque que la remontée des taux (qui se profile à l’horizon) allait faire courir au budget de la nation. Si les obligations d’état (qui sont proches de 0 actuellement) retrouvaient leurs taux de 2007 (4%), la charge annuelle de la dette passerait des 45 milliards actuels à plus de 100 milliards d’euro, une charge insoutenable pour les français à qui on pourrait demander un doublement de leurs impôts !!!

Cet endettement de la France n’est malheureusement pas le seul en Europe. La Grèce, l’Italie, le Portugal, Chypre, la Belgique, l’Irlande et l’Espagne sont encore plus endettés que l’hexagone. Pour les 19 pays membres de la zone euro, le total cumulé de l’endettement public atteignait les 89% du PIB en 2016.

Cette fuite en avant, qui hypothèque le devenir des générations futures, ne peut être résolue que par un tour de passe-passe indolore bien connu des économistes : la remontée de l’inflation.

Dans ces conditions on comprend mieux les tentatives désespérées de Mario Dragui pour essayer de faire repartir l’inflation dans la zone euro

Malheureusement, malgré la mise en place d’une politique accommodante très (trop ?) ambitieuse de la BCE (et fort décriée par de nombreux experts), cette inflation n’arrive pas décoller !

Elle reste scotchée à 1,5% alors que les économistes de la BCE estiment que 2% serait le taux idéal pour éponger progressivement le fardeau de la dette, sans provoquer de crises sociales.

Cette situation d’endettement en Europe n’est malheureusement pas la seule sur la planète. Le 12 Octobre 2017, par la voix de sa présidente Christine Lagarde, le FMI  vient une nouvelle fois, de tirer la sonnette d’alarme : la dette mondiale a atteint le chiffre record de 135 000 milliards de dollars, soit plus de 2 fois le PIB des pays du G20.

Le FMI craint l’effet dévastateur que pourrait provoquer une remontée des taux consentis par les banques centrales. Du jour au lendemain, certains états pourraient devenir insolvables, précipitant ainsi l’économie mondiale dans une crise plus grave que celle de 2008.

Devant ce risque systémique qui se profile à l’horizon, nul doute que Mario Dragui va très certainement continuer sa politique accommodante de rachats d’actifs (en flux de 60 milliards d’euro par mois actuellement), seule solution selon lui, pour faire repartir l’inflation à la hausse. Décision attendue le 26 Octobre lors de la prochaine réunion de politique monétaire de la zone Euro.

Forte hausse de l’or suite aux essais nucléaires de la Corée du Nord

5 Septembre 2017

Ce dimanche 3 septembre 2017, les sismographes de plusieurs instituts de géologie ont  mesuré des secousses de magnitude 6,3 sur l’échelle de Richter, des secousses en provenance de Punggye-ri, dans le nord-est de la péninsule nord-coréenne. La signature de l’onde de choc détectée ainsi que la localisation de l’épicentre indiquait qu’il ne s’agissait pas d’un banal tremblement de terre mais bien d’un phénomène artificiel très longtemps redouté par la communauté internationale.

En effet, le régime communiste de Kim Jong-un venait de faire exploser sa première bombe H, un engin thermonucléaire au pouvoir destructeur 10 fois supérieur à ceux qui avaient ravagé les villes de Hiroshima et de Nagasaki vers la fin de la 2ème guerre mondiale. A peine 3 heures après l’observation du phénomène par les sismologues, le dictateur de Pyongyang venait confirmer à la télévision nord-coréenne le succès de ce redoutable ‘exploit’.

Kim Jong-un devant la bombe de la Corée du Nord

Le chef suprême de la Corée du Nord devant sa bombe

Cet essai nucléaire n’est malheureusement pas la première provocation du régime de Pyongyang envers la communauté internationale. En 1994, le père du dictateur actuel (Kim Il-Sung) décide de se retirer de l’AIEA,  l’Agence internationale de l’énergie atomique, rompant ainsi ses engagements signés en 1985 sur la non-prolifération nucléaire. Ce retrait provoque une crise diplomatique avec les Etats-Unis qui envisagent alors de détruire le site de Yongbyon, là ou serait fabriqué, selon les sources américaines, le plutonium indispensable à la fabrication des bombes nucléaires nord-coréennes.

L’option militaire a été écartée in extremis par Bill Clinton suite à une médiation de Jimmy Carter (ancien président des Etats-Unis) qui obtient du leader communiste un arrêt complet du programme nucléaire nord-coréen …sous condition de fourniture de subsides divers et variés !

Mais après la mort de ce dernier (foudroyé par une crise cardiaque à l’age de 82 ans), le fils du dictateur relance en catimini le programme de nucléarisation du pays. Et malgré les sanctions internationales, toujours plus sévères, le jeune despote procède à de nouveaux essais en 2006, 2009, 2013, 2016 et 2017.

L’explosion de Dimanche dernier était la 6ème du genre, mais sans aucune mesure, la plus puissante: plus de 120 kilotonnes selon certains experts !

Et manifestement ce ne sont pas les menaces de représailles de Donald Trump qui risquent de stopper le dictateur. Il faut dire que les options du camp occidental (Etats-Unis, Corée du Sud, Japon,..) sont pour le moins limitées. Que faire contre un jusqu’au-boutiste qui dispose de l’arme nucléaire et de fusées balistiques  susceptibles d’emporter et de larguer des charges non conventionnelles sur Séoul, Tokyo ou l’île de Guam sur laquelle sont basées d’importantes forces américaines ?

Une telle impasse, ajouté à la personnalité des 2 principaux protagonistes en chef dans ce conflit (Kim Jong-un et Donald Trump) fait craindre le pire sur la stabilité internationale à venir.

A ce climat géopolitique désastreux et sans précédent s’ajoutent les préoccupations ‘habituelles’ de notre monde occidental : les risques d’attentats et notre incapacité à réduire la dette accumulée (*), année après année, par nos gouvernements successifs et par les ménages.

Note (*) On estime que le montant total de la dette mondiale (publique et privée) atteindrait (Septembre 2017) la somme vertigineuse de 225 000 milliards de dollars.

Dans ces conditions, il n’est pas étonnant de voir le cours de l’or bondir une nouvelle fois. Le lendemain de l’explosion (Lundi 4 Septembre), celui-ci a atteint les 1339 dollars l’once, soit son plus haut cours depuis un an, exprimé dans la devise américaine.

En son temps, Bill Clinton avait eu recours à Jimmy Carter pour dénouer la crise de 1994 avec Kim-Il-Sung père. Vu l’état de leurs relations, nous ne pensons malheureusement pas que Trump fasse appel à Obama pour aller convaincre Kim Jong-un de laisser tomber cette course effrénée à l’arme nucléaire. Devant de telles incertitudes géopolitiques aux conséquences planétaires, l’épargnant n’a pas d’autres solutions que de se constituer une trousse de secours monétaire, une trousse dans laquelle l’or (de l’or physique bien évidemment !) devrait trouver toute sa place !

Votre banque pourrait bloquer l’accès à votre compte courant pendant 20 jours

10 Aout 2017
Au beau milieu de l’été, une dépêche de Reuters est passée presque inaperçue, les médias étant tous absorbés par les nièmes rebondissements de l’affaire du petit Gregory. Pourtant, ce n’est pas ce qui s’est passé il y a 30 ans sur les berges de la Vologne qui devraient préoccuper nos journalistes, mais bien ce qui se trame aujourd’hui à Bruxelles. Selon Reuters, l’Union Européenne étudierait la possibilité de bloquer les comptes courants des ressortissants de l’UE en cas de crise bancaire (Source: “EU explores account freezes to prevent runs at failing banks” Reuters, July 28, 2017).

Cette dépêche de Reuters précise que votre banque pourrait refuser tout paiement en liquide à ses guichets …pendant une durée pouvant aller jusqu’à 20 jours !!! Oui, vous avez bien lu, presque 3 semaines sans avoir la possibilité d’accéder à votre compte.

Blocage de votre compte en cas de faillite de votre banque

Projet de l’UE : Pas de retrait pendant 20 jours en cas de faillite bancaire

Le matraquage de l’épargnant et l’utopie d’une société sans espèce ne font donc que s’aggraver dans les pays de l’Union. Après la taxation des dépôts des particuliers (ce qu’a initialisé la Raiffeisenbank en Allemagne), après la tentative d’instaurer des taux d’intérêts négatifs sur les livrets d’épargne (ce qu’a envisagé de mettre en place la Belgique), après la ponction de votre compte en cas de faillite de votre banque (directive en vigueur depuis le 1er Janvier 2016 sous le nom de BRRD « Bank Recovery and Resolution Directive »), après la promulgation de la loi Sapin 2 (l’article 21 permet au Haut Conseil de stabilité financière de suspendre, retarder ou limiter les retraits de l’assurance-vie), voici que nos stratèges européens veulent tout simplement nous interdire l’accès à nos comptes courants.

La taxation, la saisie et maintenant la mise sous séquestre de nos deniers !  Comme si c’était un crime de posséder de l’argent sur son compte courant!

Et la raison invoquée pour ce blocage: éviter le naufrage de notre banque en cas de ruée des déposants vers les guichets (le ‘bank run’ anglo-saxon).

Ainsi donc, alors que l’on s’approche du dixième anniversaire de la crise des subprimes, alors que d’innombrables mesures ont été prises pour réguler la finance mondiale, que des stress tests (soit disant infaillibles ?) ont été élaborés pour tester la résistance des banques, voilà que l’on dégaine l’arme suprême : le blocage des comptes des particuliers !

Ce qui est grave dans cette histoire, ce n’est pas cette proposition (sensée donner du temps au système bancaire pour trouver une solution en cas de défaillance d’un des leurs), mais bien son timing. Après tout, si cette mesure avait été prise dans la foulée de la chute de Lehman Brothers, cela aurait été totalement compréhensible.

Mais venir, une décennie plus tard, brandir cette menace ultime en dit long sur la confiance que nos stratèges européens ont dans les opérations de recovery du système financier actuel.

Il faut dire que depuis 2007 la dette publique à pratiquement doublée, atteignant les 20 000 Mds$, la conséquence désastreuse d’une décennie de taux ultra bas (voire négatifs) et d’une politique accommodante non conventionnelle (rachat massif d’actifs douteux par les banques centrales). Que ce soit aux USA avec Janet Yellen ou en Europe avec Mario Draghi, la planche à billet n’a jamais autant fonctionné, inondant le marché de liquidités, dans l’espoir de relancer la croissance et de faire repartir l’inflation à la hausse…une peine perdue jusqu’à présent !

Pour parler clair, en mettant sur la table cette proposition de blocage des comptes courants, les financiers de Bruxelles reconnaissent implicitement que rien n’a changé depuis 2008 et que le risque d’une nouvelle rechute du système bancaire mondial est toujours d’actualité.

Après la trêve estivale, les discussions devraient reprendre sur ce texte porté par l’Estonie, l’actuel pays dirigeant les institutions européennes. En espérant qu’il n’y ait pas un nouveau rebondissement dans l’affaire Gregory et que les médias consacrent cette fois du temps à cette proposition de l’UE de blocage des comptes, une proposition qui , si nous n’y prenons garde, pourrait avoir des implications énormes sur notre vie au quotidien !

L’achat de lingots d’or en ligne – Quel modèle choisir : 1kg, 100 grammes, 1 once ?

18 Janvier 2017

Si acheter des lingots d’or sur le Net pouvait sembler incongru il y a à peine une décennie, c’est aujourd’hui devenu le mode d’acquisition le plus plébiscité par les investisseurs. Ce succès est en partie dû à la très grande variété de poids disponibles, qui vont du mini-lingotin de 1 gramme au classique lingot de 1 kg, en passant par les best-sellers que sont les produits de 1 once et de 100 grammes. Nous allons essayer de vous donner quelques conseils pour choisir entre ces différents types de lingots d’or.

Le ‘Good Delivery Bar’ de 400 onces, le lingot d’or du cinéma, de la taille d’une boîte de morceaux de sucre de 1 kg

Réservé aux institutions financières, le lingot de 400 onces n’est pas disponible à la vente sur Internet

Vous ne pourrez pas acheter un lingot ‘entier’ de 400 onces sur le Net

Commençons par la mythique barre d’or que l’on voit dans les films ou dans les séries TV, le lingot dit ‘de bonne livraison’. C’est le lingot des marchés professionnels, celui que l’on trouve blotti au fond des coffres des grandes institutions financières. Si son petit volume (*) de la taille d’une boite de sucre et son poids de 12,4 kg permet un transport à priori aisé, son prix est devenu inaccessible pour le commun des mortels. En Septembre 2011, au plus haut de la flambée des prix de l’or, cette barre de 400 onces avait atteint le montant record de 760 000 dollars américains, …soit le prix d’une maison en région parisienne !

Note (*) : Il peut paraître surprenant qu’un lingot de 400 onces (soit 12,4 kg) occupe le volume …d’une boite de sucre de 1kg ! Cela est dû à la densité exceptionnelle de l’or qui est de 19,3. A volume égal, un lingot d’or est donc une vingtaine de fois plus lourd qu’un volume équivalent en eau… ou en sucre, la densité de l’eau et du sucre étant très proches.

Malgré leur prix, sachez cependant que vous pouvez acquérir, via Internet, une fraction de ces lingots d’or institutionnels. Le courtier BullionVault vous permet de devenir propriétaire d’une partie de ces ‘Good delivery bars’, le minimum d’investissement étant de 1 gramme Par contre inutile de demander une livraison à votre domicile, le courtier londonien n’ayant aucun moyen de ‘découper’ les gros lingots (mutualisés entre plusieurs acquéreurs) qui restent sagement stockés dans ses coffres-forts ultra sécurisés.

Le désormais ‘classique’ lingot d’or de 1 kg, de la taille d’un smartphone

Si le lingot de 400 onces a vocation à rester en réserve dans les grandes institutions internationales, le lingot de 1 kg a été créé pour circuler, même si son prix élevé milite pour un stockage en milieu professionnel. En tant qu’acheteur particulier, vous ne trouverez pas de support aurifère plus onéreux sur le marché (37 000€ début 2017) pour un volume sommes toutes très restreint : à peine la taille d’un smartphone !

Qu’il soit issu des raffineries nord-américaines (US Mint, Royal Canadian Mint) ou de la fonderie suisse Valcambi, le lingot d’or de 1 kg affiche une des primes les plus faibles des différents supports d’investissements. Pour trouver les lingots de 1kg les moins onéreux du marché, vous pouvez vous reportez à l’article que nous avons publié sur le sujet.

Le lingot d’or de 100 grammes, de la taille d’une clé USB

Préserver son patrimoine est une chose, pouvoir en disposer à sa guise est autre chose. Si vous ne détenez que des lingots de 1 kg, vous aurez certainement quelques difficultés à aller faire vos achats avec des lingots à 37 000 € pièces !

C’est ainsi qu’est apparu il y a une dizaine d’années le lingot d’or de 100 grammes dont l’intérêt principal est de pouvoir fractionner son stock d’or en cas de besoin. Avec sa petite taille (à peine le volume d’une banale clé USB) et sa prime modeste, le lingot de 100 grammes est rapidement devenu un best-seller auprès des investisseurs.

Toutes les raffineries mondiales le produisent actuellement, selon 2 techniques de fabrication : la technique de fonte (celle utilisée pour les gros lingots) ou la technique de frappe (celle mise en œuvre pour produire les pièces d’or).  Ce sont les lingots coulés qui seront les moins chers à l’achat car le processus de fonte est moins complexe à réaliser que le processus de frappe. Les lingots de 100 grammes cotaient aux alentours de 3700€ début 2017.

Le lingotin d’or de 1 once, de la taille d’une plaque de porte-clé

A la fin des années 2000, le cours de l’or ne faisant que croître, les raffineries ont mis à la disposition des investisseurs des lingotins de 1 once, soit 31,103 grammes. L’idée était de surfer sur l’engouement des particuliers pour les pièces de 1 once, tout en proposant un produit moins cher à fabriquer, moins fragile  et plus facile à stocker.

De la taille d’une plaque de porte-clé, ces lingotins de 1 once sont désormais produits par les plus grands raffineurs de la planète (Republic Metals Corporation, Royal Canadian Mint, Valcambi) et commencent à concurrencer les pièces de 1 once. Vous trouverez plus de détails sur ces lingots de 1 once dans l’article détaillé que nous avons publié à leur sujet, avec en particulier un comparatif sur les primes moyennes apposées sur ces produits.

Début 2017, le lingotin de 1 once cotait 1 160€ chez GoldBroker, l’un des meilleurs brokers de vente par Internet.

Le mini-lingotin de 1 gramme, à peine plus gros qu’une tête d’aiguille à tricoter

Nous terminerons notre propos sur les lingots en vous signalant que certains raffineurs proposent des produits de 1 gramme d’or seulement. Avec le mini-lingotin de 1g on rentre dans le monde de l’infiniment petit, tout du moins en dimensions physiques (à peine la dimension d’une tête d’aiguille) mais pas dans le domaine des prix car le gramme d’or cotait aux alentours de 36€ début 2017. Inutile de vous préciser qu’un emballage de qualité est impératif pour ce type de produit. La plupart des fondeurs proposent d’ailleurs des plaques composées de 10 ou de 25 unités, ce qui permet de mettre en place un packaging haut de gamme. Le principal avantage des mini-lingotins de 1 g est leur liquidité extrême, leur principal défaut étant une prime importante à l’achat.

Alors finalement quel type de lingot d’or acheter sur le Web ?

Nous n’avons passé en revue ici que les principaux lingots: 400 onces, 1 kg, 100 grammes et 1 gramme. Mais sachez que l’on trouve de nos jours chez les grands raffineurs une gamme encore plus variée avec des valeurs de poids intermédiaires comme 500g, 250g, 50g, 20g, 10g, 5g. Chez le Suisse Valcambi, ce n’est pas moins de 11 poids différents que vous pouvez acquérir. Le choix de la taille des lingots est une question personnelle: certains souhaiteront thésauriser le maximum d’or au meilleur prix et se tourneront donc en priorité vers les lingots de 1kg. D’autres seront prêts à payer légèrement plus cher pour bénéficier de liquidités supplémentaires : ils se tourneront donc en priorité vers de petits lingots.

A titre personnel, nous préférons nous limiter à 2 types de lingots seulement : ceux de 1kg et ceux de 100 grammes. Pour bénéficier de plus de liquidité, le lingot d’or de 1 once est certes une bonne solution, mais nous préférons faire l’acquisition de pièces de 1 once, comme la Philharmonique de Vienne (fabriquée en Autriche) ou la Britannia (fabriquée en Angleterre). Ces pièces sont beaucoup plus répandues que les lingots de même poids et  en cas de besoin de revente, il sera plus facile de les négocier, à la condition cependant de les avoir gardées dans leurs emballages d’origine.

Vous trouverez ces pièces de 1 once et des lingots de 1 kg et 100 grammes au meilleur prix sur le site du courtier GoldBroker.

Pourquoi, comment et chez qui acquérir des lingots d’or de 100 grammes ?

Avec l’augmentation du cours de l’or et le souhait des investisseurs de disposer de produits facilement négociables en cas de crise, les raffineurs de la planète se sont ingéniés à mettre sur le marché des lingots de tailles et de poids très divers.  C’est ainsi que chez le suisse Valcambi on ne trouve pas moins de 11 poids de lingots différents s’échelonnant de 1g à 1kg.

Si le lingot d’or de 1kg a définitivement fait oublier la barre de bourse de 400 onces (12,4 kg) qui se cantonne pour l’essentiel à son rôle de réserve dans les coffres-forts des banques centrales, il représente néanmoins un ticket d’entrée qui est loin d’être accessible à tout le monde. En effet, début 2017, le lingot de 1 kg cote aux alentours de 37 000€, ce qui équivaut tout de même au prix d’une belle voiture !

Avec le lingot de 100 grammes, les raffineurs ont trouvé le produit idéal qui vient se positionner entre le lingot d’or de 1 once (ou les pièces de 1 once) et le lingot de 1kg. Affichant un cours de l’ordre de 3 700€ (début 2017), le lingot d’or de 100 grammes est un excellent choix d’investissement accessible au plus grand nombre et à la liquidité convenable.

Quant aux dimensions physiques du lingot de 100 grammes elles varient en fonction des raffineries, mais sont très concises grâce à la densité de l’or.  Par exemple, chez le suisse Valcambi, elles sont de 27 mm x 47 mm x 4.5 mm seulement, soit la taille d’une clé USB.

Les lingots d’or de 100 grammes sont réalisés soit par un processus de coulage (‘cast’ en anglais), soit par un processus de frappage (‘minted’ en anglais). Le travail de frappage étant plus complexe que celui de moulage, les lingots frappés supporteront une prime à l’achat légèrement supérieure. C’est ce même dispositif qui est utilisé pour la frappe des pièces d’or et qui produit des objets plus esthétiques.

Comment choisir un lingot de 100 grammes d’or (ici le modèle de Valcambi) ?

Choisir un lingot d’or de 100 grammes (produit Valcambi)

Comment choisir un lingot de 100 grammes d’or (ici le modèle du Crédit Suisse) ?

Choisir un lingot d’or de 100 grammes (produit Crédit Suisse)

Chez qui trouver des lingots d’or de 100 grammes? Pas de souci côté disponibilité, ce produit est maintenant disponible chez les plus grandes raffineries de la planète. Chez tous les courtiers, sans exception, il affiche une finesse de 0.9999, soit 24 carats.

Et comment le choisir? Un seul élément différenciateur selon nous : s’assurer qu’il provient bien d’une raffinerie accréditée par la LBMA (London Bullion Market Association), un gage de qualité et de sérieux.

Quel fournisseur recommander pour obtenir l’un de ces lingots d’or de 100 grammes? Nous vous conseillons de donner priorité à une raffinerie de proximité, car en cas de revente il sera plus facile de négocier vos lingots.

Par exemple, au travers du courtier GoldBroker, les européens pourront acquérir des produits fabriqués en Suisse. Chez ce broker, ils auront le choix entre des lingots estampillés Valcambi, ou estampillés Crédit Suisse. Pas de grande différence entre ces 2 produits (à l’exception bien évidemment des poinçons de marquage) et cela pour la simple et bonne raison que le Crédit Suisse fait fondre ses lingots …par Valcambi ! Pas étonnant dans ces conditions de trouver un prix de vente strictement identique entre ces 2 lingots de 100 grammes ‘made in Switzeland’ !

Au 16 Janvier 2017, ils étaient tous les deux à 3 738,78 € alors que le cours spot était à 36,478€ le gramme. Ce qui se traduit par une prime à 2,5% sur ces lingots d’or de 100 grammes.

Quel lingot d’or de 1 once vaut-il mieux acheter ?

Affichant un prix d’achat fluctuant autour des 1100€ à la fin 2016, le lingot d’or de 1 once rentre de plus en plus dans le panier de l’investisseur qui recherche avant tout un produit doté de la plus petite prime possible. Qu’il soit produit en Suisse par Valcambi, au Canada par la RCM (Royal Canadian Mint) ou aux Etats-Unis par la RMC (Republic Metals Corporation), le lingot d’or de  1 once détrône petit à petit les pièces de 1 once. Voyons quels sont les critères de choix de ce produit !

Avantages/inconvénients du lingot d’or de 1 once par rapport aux pièces de 1 once

Si vous avez lu notre article consacré au choix de la meilleure pièce d’or d’investissement, vous savez maintenant que la pièce de 1 once est la plus appréciée et la plus répandue dans le monde. Et cela, que cette pièce soit d’origine nord-américaine (Maple Leaf, American Eagle ou Buffalo),  européenne (Philharmonique de Vienne ou Britannia), sud-africaine (Krugerrand) ou encore australienne (Kangourou), sans oublier la Panda chinoise qui vient de passer de 1 once à 30 grammes à partir du millésime 2016.

Avec une telle offre de pièces de 1 once et de 30g sur le marché (la première Krugerrand datant de 1967), on peut se demander quel intérêt ont les Monnaies à produire des lingots de 1 once?

Eh bien, les institutions monétaires cherchent pour l’essentiel à obtenir le prix le plus bas, et donc la prime la plus proche de zéro. La conception d’une pièce d’or nécessite en effet de nombreuses étapes qui renchérissent le coût de celle-ci. Alors que la fabrication du lingot est beaucoup plus simple et donc moins onéreuse à produire. C’est ainsi que le prix de ce dernier est quasiment identique au prix de l’or fin qu’il contient.

Autre avantage du lingot : son conditionnement qui est bien souvent plus abouti que celui que l’on trouve avec les pièces. Un emballage plus performant (généralement sous scellés) vous assure une meilleure capacité de négociation en cas de revente.

De notre point de vue, le seul inconvénient du lingot est son aspect esthétique qui est loin d’égaler la beauté d’une pièce. Mais si c’est le seul investissement dans l’or que vous recherchez et si l’aspect numismatique vous intéresse peu, alors les lingots sont faits pour vous, qu’ils soient de 1 once, de 100 grammes ou de 1 kg.

Quels sont les lingots d’or de 1 once disponibles chez les courtiers ?

Avec la montée des cours de l’or qui a conduit au pic de 2011, les Monnaies ont tenté de répondre à la demande croissante des investisseurs qui recherchaient des lingots plus modestes que  l’impressionnante barre dite « Good Delivery » de 12,4 kg (400 onces) disponible sur le marché professionnel. En effet, avec un cours de l’or à 1900$ l’once, celle-ci avait atteint la somme faramineuse de 760 000$, ce qui n’était pas  à la portée de tous les investisseurs, vous en conviendrez. Et qui ne l’est d’ailleurs toujours pas de nos jours, malgré une baisse relative des cours depuis ce pic de Septembre 2011 !

C’est ainsi que, tour à tour, les principales Monnaies mondiales se sont mises à produire des lingots plus abordables comme le lingot d’or de 1kg, puis celui de 100 grammes et enfin celui de 1 once, soit 31,103 grammes. Plus récemment, des valeurs de poids intermédiaires ont fait leur apparition et on trouve même de nos jours des lingots de 1g d’or seulement.

Le Lingot d’or de 1 once de la raffinerie suisse Valcambi

Le resto du lingot d’or Valcambi de 1 once

Recto du lingot Valcambi de 1 once

Le veso du lingot d’or Valcambi de 1 once

Verso du lingot Valcambi de 1 once

La vénérable raffinerie suisse Valcambi cumule toutes les accréditations au niveau mondial, que ce soit celles de Londres (LBMA), de Tokyo (TCE), de New-York (NYMEX), sans oublier celle de Dubai (DMCC).

Le lingot d’or de 1 once se trouve au milieu d’une gamme de 11 produits qui s’échelonnent de 1g à 1 kg :

  • dans les poids supérieurs on trouve des lingots de 50g, 100g, 250g, 500g et 1kg,
  • dans les poids inférieurs, on trouve des lingots de 20g, 10g, 5g et 1g.

Tous ces lingots Valcambi contiennent de l’or raffiné à « Quatre 9 », soit une finesse de 0.9999, la plus importante disponible sur le marché.

Comme tous ses compères de la gamme, le lingot d’or de 1 once Valcambi comporte l’inscription du poids (1 oz, soit 31,103g) , de la finesse (999,9) , du numéro de série (composé de 2 lettres et de 6 chiffres)  et du raffineur.

Ses dimensions sont de : 22.00 x 38.00 x 2.30 mm et il est livré dans une emballage thermoformé lui assurant une protection optimale. Un certificat d’authenticité accompagne le produit.

Le Lingot d’or de 1 once de la RCM (Royal Canadian Mint)

Le resto du lingot d’or RCM (Royal Canadian Mint) de 1 once

Recto du lingot RCM de 1 once

Le verso du lingot d’or RCM (Royal Canadian Mint) de 1 once

Verso du lingot RCM de 1 once

La Monnaie royale canadienne (RCM) est réputée pour la qualité de ses productions, que ce soit pour ses pièces Maple Leaf ou pour ses lingots. Voilà plus de 10 ans que le lingot d’or de 1 once RCM est commercialisé et remporte l’adhésion des investisseurs du monde entier.

Cette popularité s’explique par la réputation de la RCM, mais également par le design du produit qui est à la fois original et beau sur ses 2 faces. Sur l’avers est gravé le logo de la RCM avec des inscriptions dans les 2 langues officielles : Anglais et Français. A cela s’ajoute le poids (1oz), la finesse (.9999) et un numéro de série unique. Sur le revers figure une mosaïque du plus bel effet, mosaïque composée de petits logos de la RCM.

Tout comme son compère de chez Valcambi, le lingot d’or de 1 once de la Monnaie canadienne affiche une prime très faible, ce qui en fait un produit idéal pour les investisseurs.

A titre d’exemple, sa prime à l’achat est de l’ordre de 2,6 % en période dite ‘normale’ (c’est-à-dire hors crise), soit une prime généralement 1,1% moins onéreuse que celle de sa petite sœur à la feuille d’érable (voir notre tableau comparatif sur les primes plus bas).

Plus allongé (50mm) et plus large (28mm) que le lingot Valcambi, le lingot d’or de 1 once de la Monnaie canadienne est ultra-mince : 1.5 mm seulement.

Son emballage en plastique moulé laisse apparaitre les 2 faces, ce qui permettra aux investisseurs comme aux numismates d’admirer la qualité du produit.

Le Lingot d’or de 1 once de la RMC américaine (Republic Metals Corporation)

Le resto du lingot d’or RMC (Republic Metals Corporation) de 1 once

Recto du lingot RMC de 1 once

Le verso du lingot d’or RMC (Republic Metals Corporation) de 1 once

Verso du lingot RMC de 1 once

Etablie en 1980 à Miami (en Floride), la Republic Metals Corporation (RMC à ne pas confondre avec la RCM canadienne !) est rapidement devenue un des acteurs majeurs du marché de l’or. Accréditée par la LBMA (London Bullion Market Association), le COMEX (Chicago Mercantile Exchange), et le SGE (Shanghai Gold Exchange), la RMC fabrique des lingots d’or de 1 once de très bonne facture.

Quasiment aussi épais (2,2 mm) que le lingot Valcambi (qui fait 2,3 mm), le lingot de 1 once de la RMC est plus long (41,65 mm) et plus large (24,45 mm) que son homologue suisse qui mesure respectivement  38,00 mm et 22,00 mm.

Tout comme ses confrères canadiens et suisses, les lingots de la RMC américaine sont dotés d’une pureté en or de 24 carats, soit une finesse de 999,9. A ce titre, ils sont éligibles à l’IRA, le programme d’épargne pour la retraite du pays de l’oncle Sam.

Le design du produit est également remarquable, même s’il n’égale pas celui de son concurrent canadien. Sur l’avers le logo de la RMC est transpercé par une barre  de fer chauffée à blanc. A cela s’ajoute le poids, la finesse et le poinçon de l’essayeur. Sur le revers on trouve le logo de la RMC répété en diagonale, ce qui n’est pas s’en rappeler le design du lingot canadien.

Cote emballage, rien à dire : le lingot RMC vient d’hériter d’un nouveau packaging réputé inviolable laissant apparaitre le certificat d’analyse de couleur rouge qui se trouve à l’intérieur et sur lequel sont repris les informations règlementaires : poids, pureté, numéro de série, signature du testeur).

Quelles différences de primes entre les lingots d’or de 1 once  et les pièces de 1 once?

Vous savez maintenant que le principal intérêt des lingots d’or de 1 once par rapport aux pièces, c’est le montant plus faible de leurs primes. Oui, mais quel peut bien être l’ordre de grandeur de ce différentiel de primes entre lingots et pièces ?

Le mieux est de se rendre chez un courtier et de faire un comparatif sur tous les produits de 1 once d’or. Allons chez Golbroker, qui dispose d’une offre très complète aussi bien en lingots qu’en pièces.

Attention : Chez ce broker, les pièces étant vendues par pack de 10 unités et pour assurer une comparaison la plus juste possible avec les lingots, nous avons pris le prix du lingot pour des quantités au moins égales à 10.


Comparatif des primes entre lingots et pièces d’or de 1 once  chez GoldBroker

Produit Montant Prime Moyenne
Cours de l’once d’Or (16/12/2016) 1 084,99 €
Lingot Valcambi 1 113,69 € 2,6% 2,70%
Lingot Royal Canadian Mint 1 118,47 € 3,1%
Lingot Republic Metals Corporation 1 110,82 € 2,4%
Pièce Maple Leaf 1 125,17 € 3,7% 4,31%
Pièce American Eagle 1 131,65 € 4,3%
Pièce Krugerrand 1 134,74 € 4,6%
Pièce Kangourou 1 128,22 € 4,0%
Pièce Philharmonique de Vienne 1 125,17 € 3,7%
Pièce American Buffalo 1 145,27 € 5,6%

 

Nous constatons que la prime moyenne à l’achat est de 2,7% sur les lingots et de 4,31% en moyenne sur les pièces.

Le différentiel de prime lingots/pièces est donc de 1,6%  sur ces produits estampillés « 2016 ». Il est bien évident que des millésimes plus anciens ce différentiel de prime aura tendance à se creuser au profil des pièces qui sont plus recherchées que les lingots par les collectionneurs.

Voila, vous savez maintenant quelles sont les différence entre ces 3 lingots de 1 once : Valcambi, RCM et RMC. Si vous cherchez la prime la plus faible, vous opterez pour les lingots du raffineur américain RMC. A moins que vous préfériez acheter européen en allant chez le suisse Valcambi, quitte à payer 0,2% de plus. A vous de choisir ! Vous trouverez les cours en vigueur de ces 3 lingots d’or de 1 once sur le site du courtier GoldBroker

Dans quelle pièce d’or faut-il investir en 2020 ?

Après une année 2019 en demi-teinte, l’année 2020 s’annonce porteuse de nombreuses incertitudes. Nous ne citerons ici que les plus préoccupantes :

  • quelles seront les conséquences des crises migratoires à répétition liées aux conflits interrégionaux et au changement climatique?
  • jusqu’où ira l’escalade entre les USA et la Corée du Nord suite aux essais balistiques incessants de Kim Jong-un ?
  • comment va se résoudre la crise iranienne avec ses 3 facettes: interne, nucléaire et belliqueuse envers les autres pays du golfe?
  • quelles seront les conséquences de la politique d’expansion effrénée de la Chine avec, entre autre, sa controversée route de la soie?
  • comment gérer les effets dévastateurs sur l’emploi de la digitalisation mondiale de l’industrie?
  • sans oublier l’éternelle épée de Damoclès de la dette mondiale avec le risque toujours plus imminent de l’éclatement de la bulle financière crée par les politiques d’assouplissements inconsidérées des banques centrales (qui n’ont pas réussies, en 10 ans, à effacer le désastre de la crise des subprimes !)

Vouloir acheter de l’or pour se protéger contre de tels aléas dans  d’un monde de plus en plus incertain est tout à fait respectable et de nombreux particuliers franchissent le pas, bien souvent en investissant quelques pièces d’or ou d’argent métal. Voyons justement qu’elles sont les pièces d’or qui sont le plus propices à l’investissement en 2020?

Les pièces d’or de collectionneurs sont-elles un bon support d’investissement ?

L’investisseur et le collectionneur (numismate) n’ont pas les mêmes objectifs.

Le  numismate va chercher à compléter sa collection de pièces, de médailles ou de jetons et pour cela il est prêt à payer une plus-value importante (appelée prime) sur l’objet convoité. Plus l’objet sera rare, plus il sera demandé, plus son prix va augmenter. Mais à l’inverse, si la découverte d’un trésor caché (galion sous-marin ou  magot dissimulé dans une habitation) entraine une abondance soudaine de pièces sur un marché de rareté, alors ce marché risque de  s’effondrer, faisant fondre la prime correspondante.

De son côté l’investisseur cherche un support qui se valorise dans le temps avec l’évolution du cours de l’or, mais dont la liquidité est la plus grande possible. Il se tournera donc vers des pièces produites en grande quantité et facilement revendables dans tous les coins de la planète. Il achètera en priorité des pièces dont la prime est la plus basse possible…en espérant bien évidemment que cette prime s’apprécie au cours du temps pour maximiser sa plus-value en cas de revente ! Mais entendons-nous, bien, l’objectif premier de l’investisseur en pièces d’or n’est pas de collectionner celles-ci (et de tirer éventuellement  profit de leurs primes), mais bien de bénéficier, avant toute chose, de l’évolution du cours de l’or qu’elles contiennent.

Pour résumer, investir dans des pièces d’or de collection n’a du sens que si vous êtes un passionné de numismatique. En effet, seul un expert de l’or pourra apprécier la rareté et la qualité d’une pièce de collection, saura argumenter lors d’une négociation et pourra prendre en final la bonne décision d’achat. Quant aux autres (la grande majorité des non experts), ils devront se tourner en priorité vers les pièces d’investissement.

CHEZ QUI ACHETER DE L’OR ?
L’avantage significatif de Or.fr ( ex GoldBroker.fr) : Accès direct à vos métaux précieux; Pas de détention mutualisée : chez ce courtier, vous aurez une propriété complète des quantités acquises. Cliquez ici pour plus de détails...

Quelles sont les pièces d’or d’investissement que l’on peut acquérir en 2020?

Nous allons définir 2 grandes catégories de pièces d’or d’investissement, celles qui sont de nature plutôt confidentielle et fortement liées à un pays (comme le Louis d’or en France) et celles qui ont une vocation plus internationale (comme la Krugerrand d’Afrique du Sud).

Les pièces d’or d’investissement de stature nationale

Chez les courtiers présents dans nos pages éditoriales, vous trouverez en 2020, de très nombreuses pièces à vocation plutôt nationale, comme le Louis d’or en France, le Souverain en Angleterre ou le 50 pesos mexicain en Amérique du Nord.

Le Napoléon français (ou Louis d’or) est la pièce la plus connue en France et dans les pays francophones

Revers de la pièce d’or Napoléon Coq et Marianne (20F)

Napoléon Coq et Marianne (20F)

A tout seigneur, tout honneur commençons par la pièce chouchou des français, le 20F Napoléon Marianne-Coq, plus communément appelée ‘Louis d’or’. Cette pièce a été refrappée en grande quantité entre 1951 et 1960. Il s’agissait alors pour l’État français de remettre à neuf les très nombreux Louis d’or (frappés de 1907 à 1914) qui avaient intensément circulé pendant les 2 guerres et qui avaient subi l’épreuve du temps.

Vous trouverez ces refrappes Napoléons Marianne-Coq chez tous les courtiers présents dans nos pages éditoriales, à l’exception de GoldBroker (qui ne commercialise que des pièces à vocation internationale) et Bullion Vault (qui ne fabrique que des lingots). Pour l’investisseur, l’inconvénient majeur du Napoléon réside dans son ancrage essentiellement hexagonal et francophone (Canada, Belgique, Suisse,…), mais également dans son contenu en or fin qui est très faible, seulement 5,805 g d’or pur.

Le Souverain anglais (ou Souvereign) est la pièce la plus populaire dans tous les pays du Commonwealth

Motif sur l’avers d’une pièce Souverain Or de 1 livre

Souverain Or anglais

Bénéficiant de l’accès à l’énorme marché du Commonwealth où il a valeur légale, le Souverain anglais (Sovereign) jouit d’une réputation qui dépasse de loin les frontières du seul Royaume Uni. Dépourvu de valeur faciale (caractéristique qu’il partage avec la Krugerrand sud-africaine), le Souverain est toujours frappé de nos jours par la Royal Mint de Londres et sous licence par l’Inde, un gros consommateur d’or comme vous savez !

Profitant d’une liquidité plus forte que le Napoléon, la pièce britannique représentant Saint Georges tuant le Dragon n’est pourtant pas ce que l’on appelle une ‘billion coin’. Sa production annuelle est en effet trop faible et son poids en or fin (7,3224g) ne représente que 23,54% d’une once troy, le standard des pièces d’investissement. Si vous êtes néanmoins intéressé en tant qu’investisseur, alors donnez priorité aux modèles Elisabeth 2 ou Georges 5 qui bénéficient d’une prime plus faible. Nous conseillons cependant à l’investisseur de se tourner plutôt vers la Britannia, une pièce d’or de 1 once qui titre désormais 24 carats (à partir du millésime 2013).

Le 50 pesos mexicain (ou Centenario) a eu ses heures de gloire en Amérique du Nord

Motif sur l’avers d’une pièce 50 Pesos Mexicaine Centenario

Centenario Or mexicaine (50 Pesos)

C’est bien évidemment au Mexique, mais également chez son voisin américain, que la grosse pièce de 50 pesos, contenant 1,2057 once troy a eu ses heures de gloire. Mais cela c’était avant la sortie de la Krugerrand et à la fin de l’embargo sur l’or au pays de l’oncle Sam.
Depuis cette époque, les pièces d’or de 1 once ont fleuri sur le marché, essayant de reléguer, en vain,  la Centenario (ainsi nommée car elle a été frappée la première fois en 1921, date du centenaire de l’indépendance mexicaine de l’Espagne) en simple pièce de collection. En effet, la pièce de 50 pesos mexicains  reste néanmoins une ‘bullion coin’ car elle a bénéficié de refrappes importantes jusqu’à 1972 (4 millions de pièces) alimentant le marché de l’or de placement.

Nous conseillons cependant à l’investisseur de se tourner plutôt vers la Libertad, une pièce de 1 once, plus moderne qui a repris à son compte l’effigie de la Centenario.

Les pièces d’or d’investissement de stature internationale (1 once et 30 grammes)

Avec la Panda chinoise de 30 g, ce sont, pour l’essentiel, les pièces d’or de 1 once (31,103 g) qui ont pris la première place dans le coffre-fort des particuliers qui recherchent la meilleure liquidité à l’international. De la doyenne Krugerrand sud-africaine (frappée à partir de 1967) à la toute récente Buffalo américaine (frappée à partir de 2006), les pièces d’or de 1 once sont devenues incontournables pour l’investisseur qui veut se protéger contre tous types de risques géopolitiques imaginables. Nous allons voir l’offre en pièce de 1 once et 30g (22 et 24 carats)  que nous proposent les courtiers:

La pièce Krugerrand d’Afrique du Sud frappée à partir de 1967 (1 once, 22 carats)

Motif sur le revers d’une pièce Krugerrand or de 1 once

Krugerrrand or de 1 once

La plus ancienne des pièces d’or de 1 once est également la plus répandue dans le monde. Selon les données de la SA Mint, plus de 60 millions de Krugerrand auraient été frappées à ce jour en Afrique du Sud, principalement à partir de l’or extrait du bassin de Witwatersrand, le plus grand gisement de la planète. Si le commerce des Krugerrand a souffert du boycott  international lors des années mouvementées de l’apartheid (1970-1980), il est  redevenu aujourd’hui très prospère. Avec ses 22 carats (gage de solidité) et sa faible prime (idéale pour les investisseurs), la pièce qui porte le nom de Kruger (premier président de l’Etat indépendant des Boers) est devenue de facto, la référence mondiale de la pièce d’investissement. Vous trouverez des Krugerrand de 1 once, sans exception, chez tous les courtiers que nous présentons dans nos colonnes éditoriales. Des valeurs fractionnaires (1/2, 1/4 et 1/10 d’once) ont également été frappées depuis 1980.

La Maple Leaf canadienne frappée à partir de 1979 (1 once, 24 carats)

Motif sur le revers d’une pièce Maple Leaf or de 1 once

Maple Leaf or de 1 once

Le président Gerald Ford ayant levé l’embargo sur la détention d’or aux Etats-Unis en 1974, la Royal Canadian Mint (RCM) décide de se lancer à son tour sur le marché lucratif des pièces de 1 once d’or. Pour attirer ses voisins américains et pour se différencier de sa concurrente sud-africaine, la Monnaie canadienne met au point une technologie novatrice pour l’époque, permettant d’atteindre une finesse en or de 0.9999, soit 24 carats. C’est ainsi qu’est née en 1979, la fameuse ‘Maple Leaf’, une pièce affichant une feuille d’érable sur son revers, l’avers étant réservé à l’effigie de la Reine Elisabeth II.

Devant le succès remporté par sa pièce de 1 once, la Monnaie canadienne décidait en 1982, de la décliner en versions fractionnaires de 1/4  et 1/10 d’once, puis en version 1/2 d’once en 1986 et enfin en version 1/20 d’once en 1993. La pièce Maple Leaf reste un investissement de qualité pour ceux qui aiment les très beaux objets.

La Panda chinoise frappée à partir de 1982 (1 once, puis 30g, 24 carats)

Motif sur l’avers d’une pièce Panda or de 30 grammes

Panda Or de 30 grammes

Via leur banque étatique (PBoC), les chinois sont les 3ème  à se lancer sur le marché des pièces d’or de 1 once. En 1982, ils sortent leur Panda de 1 once (500 Yuan de valeur faciale et titrant 24 carats comme la Maple Leaf), accompagnée de valeurs fractionnaires de 1/2, 1/4, 1/10 et 1/20ème d’once, affichant respectivement: 200, 100, 50 et 20 yuans sur leurs revers. En 1983 sortait  une version de 1/20ème de once affichant 5 yuans. Avec une production limitée et un changement de motif chaque année, les chinois ont jusqu’ici privilégié la qualité, faisant de la Panda une pièce convoitée à la fois par les investisseurs et les numismates.

Mais en 2016, la sortie d’une Panda de 30 grammes (et des déclinaisons en valeurs fractionnaires de 15, 8, 3 et 1 gramme), sonnait de facto l’abandon du système de mesure de l’once troy : une véritable révolution ou plutôt une émancipation de la grande chine du système anglo-saxon qui prévalait jusqu’à ce jour.

A noter que l’adoption du système métrique a également eu lieu dans les lingots, les chinois étant désormais demandeurs de lingots de 1 kg, et délaissant les anciennes barres ‘Good Delivery’ de 400 once troy.

La Gold American Eagle frappée à partir de 1986 (1 once, 22 carats)

Motif sur le revers d’une pièce American Eagle or de 1 once

American Eagle or de 1 once

Dans les années 70-80, après l’envolée du cours du métal jaune, il était devenu impératif pour le gouvernement américain de prendre sa part du marché aurifère mondial.

C’est ainsi qu’à vue le jour le produit emblématique de l’US Mint, la pièce Gold Eagle de 1 once, titrant 22 carats (comme la Krugerrand) et revendiquant son label ‘made in USA‘ . En effet, suivant les directives d’une  loi de 1985 intitulée ’The Bullion Coin Act.’, l’American Eagle doit être frappée exclusivement avec de l’or en provenance du territoire étasunien.

Dotée d’une valeur faciale de 50 USD, l’Aigle Américain de 1 once a reçu un accueil immédiat et rivalise dorénavant en popularité avec la Krugerrand. En 1986, en même temps que la pièce de 1 once, sortaient des ateliers de West Point (New York) les valeurs fractionnaires de 1/2, 1/4 et 1/10 d’once, permettant à des investisseurs plus modestes, d’accéder à la thésaurisation de pièces.

La Gold Nugget australienne (devenue Kangourou)  frappée à partir de 1986 (1 once, 24 carats)

Motif sur le revers d’une pièce Kangourou or de 1 once

Kangourou or de 1 once

Sortie en même temps que sa consœur américaine: l’American Eagle, la pièce Gold Nugget de 1 once d’or a été frappée à partir de 1986 par la Perth Mint australienne. Mais le marché était déjà occupé par la populaire Krugerrand (22 carats) et par 2 autres pièces titrant 24 carats (la Maple Leaf et la Panda). La Monnaie australienne décida alors de doter sa pièce à la pépite de 24 carats, la plus grande finesse accessible à l’époque.

Malgré ce titrage haut de gamme, les ventes de Nuggets ne décollent pas et la Perth Mint se voit contrainte de remplacer, à partir de 1989,  l’effigie à base de Nuggets par un Kangourou, l’animal symbole de l’Australie. La ‘Gold Kangaroo’ de 1 once voit enfin ses ventes s’envoler, ainsi que celles de ses différentes valeurs divisionnaires (1 once, ½ once, ¼ once, 1/10 once). Une pièce  Kangourou de 1/20 d’once d’or verra même le jour en 1990.

La Britannia or anglaise frappée à partir de 1987 (1 once, 22 puis 24 carats)

Motif sur le revers d’une pièce Britannia Or de 1 once

Britannia Or anglaise (1 once)

Messieurs les anglais tirez les premiers !’ Cette invective célèbre prononcée à la bataille de Fontenoy en 1745 s’applique parfaitement à la Britannia, la première pièce d’or de 1 once à avoir été frappée sur le continent européen pre-Brexit. Il est vrai qu’avec sa pièce Souverain qui ne comportait que 7,3 grammes d’or, la Royal Mint britannique se devait de produire une pièce d’or au standard international de 1 once, soit 31,1 grammes. Lors de sa sortie en 1987, cette Britannia ne titrait que 22 carats comme la Krugerrand et l’American Eagle, les 2 pièces concurrentes les plus notoires de l’époque. Présentant sur son avers l’icône anglaise ‘Britannia’ (l’équivalent de notre Marianne sur les Naps), la pièce affiche sur son revers une valeur faciale de 100 livres sterling, un revers sur lequel se trouve le buste intemporel d’Elisabeth II.

Il faudra attendre 2013 pour que la Monnaie britannique se décide à frapper des pièces à 24 carats, emboitant ainsi le pas à la Maple Leaf, la Panda, la Kangourou, la Philharmonique et la Buffalo. Des valeurs fractionnaires de 1/2 d’once (50£), de 1/4 d’once (25£) et de 1/10 d’once (10£ de valeur faciale) sont également disponibles dès 1987. Enfin, il faudra attendre 2013 pour voir sortir une version de la Britannia à 1/20ème d’once (5£ de valeur faciale).

La Philharmonique de Vienne frappée à partir de 1989 (1 once, 24 carats)

Motif sur le revers d’une pièce Philharmonique de Vienne or de 1 once

Philharmonique de Vienne or de 1 once

L’Europe se devait d’avoir sa propre pièce d’or de 1 once. La Monnaie autrichienne (Münze Österreich) se lance dans le bain en 1989 et met sur le marché sa Philharmonique de Vienne, une pièce de toute beauté, titrant 24 carats, représentant sur son avers le célèbre orgue de la salle de concert ‘Musikverein’ de l’Opéra de Vienne (celui d’où sont retransmis en mondovision les concerts du Nouvel an) et affichant sur son revers des instruments de musique de cet orchestre. Dotée d’ une valeur faciale de  2000 schillings jusqu’en 2001, la ‘Vienna Philharmonic coin’ (son nom en anglais)  allait adopter la monnaie européenne  dès le millésime 2002 et faire apparaitre désormais 100 euros de valeur faciale. A ce jour c’est la seule pièce d’or de 1 once qui ait une valeur faciale en euros.

Malgré une concurrence déjà bien établie, le succès de cette pièce philharmonique ne s’est pas fait attendre puisqu’elle était en tête des ventes mondiales en 1992, soit 3 ans à peine après sa première sortie. Elle se décline en 4 versions fractionnaires, de 1/2, 1/4 et 1/10 d’once.

La Gold Buffalo américaine frappée à partir de 2006 (1 once, 24 carats)

Motif sur le revers d’une pièce Buffalo Or de 1 once

Buffalo Or américaine de 1 once

En mettant sur le marché  la Buffalo, l’US Mint souhaitait ajouter enfin une pièce de 24 carats à sa populaire American Eagle qui ne titrait que 22 carats. Il est vrai que la Maple Leaf du voisin canadien, ou la Panda de la lointaine Chine affichaient une finesse à 4 neufs (0.9999) depuis quelques années déjà.

Cette sortie de la Buffalo de 1 once est effective  en 2006, alors que l’on se trouve dans une période où le cours de l’or est en train de monter fortement  et que la crise des subprimes commence à pointer son nez. Devant la demande des épargnants, rendus inquiets par la crise économique de 2008 (cette  même année 2008 où allait se produire la faillite de Lehman Brothers), l’US Mint frappait des modèles fractionnaires de la Buffalo (1/2, 1/4 et 1/10 once).

Contre toute attente, alors qu’il y a pléthore de concurrentes sur le marché, la pièce aux effigies de Bison et d’Indien, rencontre un franc succès, d’abord en Amérique du Nord, puis dans le reste du monde.

Ok, c’est bien beau tout cela, mais que choisir parmi toutes ces pièces d’or ?

Oui, je sais, vous devenez impatient après cette longue lecture ! Pour faire simple, nous dirons que votre choix va dépendre du montant que vous souhaitez investir, de votre localisation géographique et de votre stratégie de diversification par rapport aux risques planétaires. Voici selon nous, les 3 principaux cas à envisager :

Avec moins de 10 000€, investissez dans des pièces locales

Si vous disposez de moins de 10 000€ à investir dans l’or, donnez priorité à des pièces produites localement. Par exemple, si vous êtes français, achetez des Napoléons, si vous êtes anglais achetez des Souverains, si vous êtes mexicain achetez des 50 pesos,…. De plus, le montant étant relativement faible, vous pouvez prendre le risque de faire livrer ces pièces à votre domicile, …même si nous ne le conseillons pas à priori !

Entre 10 000€ et 100 000€, investissez dans des pièces faciles à revendre à l’international

Entre 10 000€ et 100 000€, il est préférable d’investir dans des pièces de notoriété internationale, si possible de 1 once d’or (ou de 30g avec la Panda post 2016) car elles sont celles qui disposent des primes les plus faibles à l’achat (millésimes récents). Là aussi, essayez de donner priorité à des pièces frappées pas trop loin de votre domicile, si possible sur le continent où vous résidez.

Par exemple, un européen investira dans des Philharmoniques de Vienne, voire dans des Britannia anglaises. Un nord-américain préférera des Maple Leaf canadiennes, des American Eagle ou des Buffalo américaines, un asiatique choisira des Pandas chinoises, ….

A noter que la Krugerrand d’Afrique du Sud, de par son ancienneté (1967) et la quantité d’unités produite (plus de 60 millions en 2017) est de facto l’archétype de la pièce d’or sans frontière. Vous pouvez donc investir les yeux fermés dans des Krugerrand, vous trouverez toujours à les revendre partout sur la planète.

Avec plus de 100 000€, diversifiez vos lieux de stockage à l’international

Si vous disposez plus de 100 000€ à investir en or, vous pouvez selon nous, commencer à prendre de la hauteur et penser ‘diversification’ au niveau mondial.  Autrement dit : Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ! Si vous avez lu nos articles sur les grands courtiers internationaux, il ne vous a pas échappé que certains d’entre eux, comme GoldBroker, disposent d’entrepôts de stockage répartis sur les grands continents. Une stratégie globale optimisée consiste alors à stocker des pièces (et lingots) dans les entrepôts sécurisés de ces brokers.

Par exemple, si l’on prend GoldBroker, vous pouvez repartir vos avoirs en or :

  • en Europe en utilisant leurs entrepôts de Zurich (en y stockant par exemple des Philharmoniques ou des Krugerrand),
  • en Amérique du Nord, en utilisant leurs entrepôts de New-York ou Toronto (en y stockant par exemple des American Eagle, des Maple Leaf ou des Buffalos)
  • et en Asie en utilisant leurs entrepôts de Singapour (en y stockant par exemple des Pandas ou des Krugerrand).

Quant à la clé de répartition de vos avoirs sur  les divers continents, elle dépend de vos lieux de résidence et/ou de vos attaches familiales.

Par exemple, si vous résidez en Europe et que vos enfants vivent en Asie, une bonne stratégie d’investissement consisterait à repartir vos avoirs pour moitié entre Zurich et Singapour. Si en plus vous avez de la proche famille aux Etats-Unis (ou des amis de longue date), pourquoi ne pas répartir vos avoirs en 3 parties égales : New-York, Zurich et Singapour. Vous l’avez compris, le but est de se couvrir contre tous types de risque géopolitique et de pouvoir disposez de ressources quel que soit le continent vers lequel vous seriez appelé à migrer en cas de crise ou de conflit majeur.

Voilà, nous espérons que ce tour d’horizon des principales pièces d’or d’investissement disponibles sur le marché en 2020 vous permettra de faire un choix éclairé. Un dernier conseil : si vous avez un doute entre 2 pièces que vous souhaitez acquérir, donnez toujours priorité à celle qui est à la plus forte notoriété au niveau international.

← Older posts